A propos de la notion de handicap psychique

Pour la première fois, la notion de handicap psychique est inscrite dans la loi à côté des notions de handicap moteur, sensoriel, mental et cognitif ( loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des
personnes handicapées ( 11 février 2005).


Il s'agit là d'une reconnaissance des difficultés dans la vie quotidienne et sociale, des personnes présentant des troubles psychiques dont il résulte:

• Une restriction d'activités dans la vie quotidienne

• Un grand isolement affectif et social

• Une inactivité professionnelle fréquente

• Une perturbation des capacités relationnelles

• Des difficultés à effectuer des tâches complexes

• Des restrictions des déplacements

• Des désavantages sociaux en matière de loisirs


Conséquence de maladies psychiatriques évolutives, le handicap psychique provoque une extrême fragilité de la personne atteinte.

• Les manifestations du handicap psychique sont variables et
imprévisibles, faites d'alternance d'états de crise, de stabilisation parfois de rémission.

• Les manifestations du handicap peuvent être invisibles

• La demande d'aide de la part des malades est le plus souvent
inexistante.

• La personne malade souffre très souvent d'un déficit d'attention, d'une grande difficulté à élaborer et réaliser des projets.


On cite aujourd'hui trois critères possibles pour distinguer le handicap psychique du handicap mental :

1) Les troubles psychiques n'altèrent pas ou peu les capacités intellectuelles

2) Les soins médicaux sont la clé de voûte du traitement des troubles psychiques

3) Les manifestations de la maladie sont très variables d'un individu à l'autre...

Texte de loi

Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ( 11 février 2005).


Accéder au texte de loi